Delta C Plus (90 capsule)

Ministero della salute
Complément alimentaire notifié au MINISTÈRE DE LA SANTÉ
Produits

38.95

Ajouter aux favoris

Paiements sécurisés

PostePay Mastercard Visa
Expédition rapide

 

PRESENTATION:
Flacon de verre teinté de 90 gélules.

 

PRECAUTIONS D’EMPLOI:

Ce produit n’interfère avec aucun médicament. Il peut être administré aux enfants à partir de 6 ans, aux personnes âgées et aux femmes enceintes.

 

INGREDIENTS PRINCIPAUX:

VITAMINE C NATURELLE

 

INGREDIENTS:

Églantine (Rosa canina L.) extrait sec de fruits titré à 70% en vitamine C, agent d’enrobage: hydroxy-propyl-méthylcellulose (enveloppe de la gélule), agents anti-agglomérants : sels de magnésium d’acides gras, dioxyde de silice.

Mis à jour : 11/04/2019

 

RÔLE DE SES CONSTITUANTS:

– Antioxydant
– prévention des infections
– Protection des tissus et des vaisseaux sanguins
– Protection contre la pollution et le tabac
– favorise l’absorption du fer
– Maintient l’équilibre physiologique
– Favorise le tonus général et le système immunitaire
– Indiqué dans les infections en général et en particulier virale (production d’interféron)
– Protège des attaques physiques et chimiques
– mobilise les métaux lourds et facilite leur excrétion rénale à long terme
– réduire le cholestérol
– améliorer l’apport en fer

– Important pendant et après la chimiothérapie

– Participe à la production de collagène (Os, Cartilages).

L’origine et la qualité de la vitamine C naturelle est très importante. Jusqu’ici Vita Complex avait choisi l’Acérola, petite cerise d’Amérique du Sud, comme source de Vitamine C. Afin d’améliorer encore la qualité Vita Complex a choisi de se tourner vers une autre plante, l’EGLANTIER, extrêmement riche en vitamine C ( 250 à 4000 mg/ 100 gr selon l’espèce), connue encore sous le nom de ROSA CANINA ou de CYNORRHODON. Cette nouvelle source représente un autre avantage non négligeable celui de la surveillance des agents polluants qui malheureusement sont toujours plus fréquemment retrouvés en particulier dans les plantes importées.

Notre vie moderne entraine une alimentation déséquilibrée. L’agriculture industrielle produit des aliments pauvres en éléments nutritifs, les médicaments provoquent des dysbioses chroniques ou aigues qui affectent l’absorption des vitamines et minéraux. L’alcool, le café, le tabac, le stress, le sucre, la pilule contraceptive, les antibiotiques, la chimiothérapie anti tumorale sont les ennemis desvitamines. Les déficits nutritionnels s’accentuent avec l’âge. La conséquence est l’apparition de carences plus ou moins importantes chez l’ensemble de la population (OMS 1985).

L’acide ascorbique est hydrosoluble, ce qui lui permet d’être rapidement éliminé par les urines en cas de surdosage. Il s’agit d’une vitamine «essentielle» pour l’homme car son organisme est incapable de la fabriquer.
Survenu au cours de l’Evolution, c’est un accident qui a rendu quelques rares espèces dont l’homme dépendantes d’un apport extérieur de cette substance vitale en les privant d’un enzyme nécessaire à son élaboration : la gulanolactone-oxydase.
Toute agression chimique, physique, biologique utilise un surcroit de vitamine C. Elle est indispensable en particulier à la formation de l’adrénaline et de la noradrénaline, hormones servant à la mobilisationrapide d’énergie en cas d’alerte. C’est ce qui arrive en cas de stress qui provoque une sécrétion accrue d’hormones stéroïdes dans la cortico surrénale en même temps que l’effondrement du taux de cholestérol et d’acide ascorbique dans le tissu surrénalien. Ceci montre que la vitamine C est directement impliquée dans la synthèse des hormones stéroïdes à partir du cholestérol.
D’où l’obligation pour l’homme de consommer régulièrement de fortes doses de vitamine C.
Les sources de vitamine C naturelle mis à part les fruits et légumes (les habitudes alimentaires modernes ét la qualité des produits ne suffisent plus à combler les carences) sont : le Camu Camu, l’Acerola, la baie d’églantier (cynorrhodon).

 

CONSEILS D’UTILISATION:

nous recommandons de prendre une gélule par jour, de préférence après le déjeuner.

 

Associations souhaitables: Glutathion, vitamines A, B, E, minéraux (Delta A, B, E, Biocean).

CONTRE-INDICATIONS:
Vitamine C naturelle: aucune

Vitamine C Synthétique: (troubles du rythme, troubles digestifs, cépha- lées). Détruite par le café, la cortisone, l’oxygène de l’air, la chaleur (cuisson), l’eau, le froid (congélation).

BIBLIOGRAPHIE:

• Corson, Pierre Dr: « Les Indications therapeutiques Vitamine C », Medecines Nouvelles 4e trimestre 1995
• Corson, Pierre Dr : « Notre ange gardien : la vitamine C »
• Pauling, Linus: « Abusez des Vitamines », 1981
• Perruchon, Philippe: http://www.natura-clairvi.com « Les Bienfaits de la Vitamine C »
• Souccar, Thierry & Curtay, J-Paul Dr: « Le nouveau guide des vitamines » 2000.
• Anderson, T.W. et al. Vitamine C and the common cold : double blind trial. Can. Med. Assoc. J. 107:503-508, 1972.
• Anderson, T.W. Large scale trials of vitamin C in the prevention and treatment of colds. ACTA Vitaminologica et Enzymologica. 28-99-100, 1974.
• Anderson, T.W. et al. The effects on Win-ter Illness of Large Doses of Vitamin C. J. Can. Med. Assn., Ill, 31-36, 1974.
• Anderson, T.W. et al. Winier Illness and Vitamin C: The Effect of relatively Low Doses. J. Can. Med. Assn., 112, 823-26, 1975.
• Barboriak, J.J. The megadose vitamin con-iroversy. Drug Therapy. May 1974.
• Bates, C.J. et al. HDL-Cholesterol and Vitamin C Stalus. Lancet, 3, 611, 1977.
• Cameron, E., Campbell, A. The Orthomole-kular Treatment of Cancer IL Clinical Trial of high Dose Ascorbic acid Supplements in advanced human Cancers Chemico-Biol. Interaction 9, 285-315.
• Cameron, E. et al. The Orthomolekular Treaiment of Cancer III. Reticulum Cell Sarkome: Double Complete Regression Induced by high-dose Ascorbic Acid
• Cameron, E., Pauling, L. Ascorbic Acid and GI – vcosamino-gIvcans: An orthomolecular approach to Cancer and other Diseases, Oncology. 27, 181-92, 1973.
• Cameron, E., Pauling, L. The orthomolecular Treatment of Cancer: I. The role of ascorbic acid in host resistance. Chemico-Biol., Interactions, 9, 273-83, 1974.
• Cameron, E., Pauling, L. Supplemental Ascorbale in the supportive Treatment of Cancer. Proc. of’ the Nat. Acad. of Sei., USA, 73, 3685-89, 1976.
• Cameron, E., Pauling, L. Vitamin C and Cancer. J. Environm. studies, 10, 303-5, 1977. Cinter, E. Science 179, 702-704, 1973.
• Coulehan, J.L. et al. Vitamin C Propliv-laxis in a Boarding School. New Eng. J_ of Med., 2906-10, 1974.
• Grandon, J.H. et al. Experimenial humait scurvy. New Eng. J. Med. 223-353, 1940.
• Ginter, E. The Role of Ascorbic acid in Cholesterol Catabolism and Atherogenesis. Slovak Academy of Sei., Bratislava, 1975.
• Hawkins, D., Pauling, L. Orthomolekular PsYchiatry, Freeman & Co, San Francisco, 1973.
• Krumdieck, C., Butterworth, G.E. Ascorbat-Cholesterol-Lecithin Interactions : factors of potential importance in the patho genesis of a the roscle rosis, Am. J. of Clin. Nutr., 27, 866-76, 1974.
• McCurdy, P. and Dern, R. Some therapeu-tic implications of ferrous sulfateascorbic acid mixtures. Amer. J. Clin. Nut. 21, 284-288, 1968.
• Mason and Rivers. Plasma ascorbic acid levels in pregnancy. Amer. J. Obs. and Gyn., 1971.
• Milne, J.S. Leucocyte ascorbic acid levels and vitamin C intake in older people. Br. Med. J. 4, 383- 386, 1971.
• Murata, A. Virucidal Activity of Vitamin C for Prevention and Treainiew, of Viral Diseases. Proceedings of the lirst Intersec-tional Congress of Microbiol. Societics, Science Council of Japan, 3, 432-42, 1975.
• Newmark et al. Stability of Vitarnin B 12 in the presence of ascorbic acid, Am. J. of Clin. Nutr., 29,
645-49, 1976.
• Pauling, L. Are recommended Dail ‘ v Alloyances for Vilamin C Adequale ? Proccedings of’ the Nat. Acad. of’ Sci. USA, 71, 4442-46, 1974.
• Pauling, L. Vitamin C and the comnion cold. New York: Bantam Books, 1970.
• Pfeiffer, C., Goldstein, H., Murphree, H. and Nichols, R. A crifical survey of possible biochemical stimulants. Psychopharmacology, 1968.
• Rivers, J. and Devine, M. Plasma ascorbic acid concentrations and oral contraceptives. Amer J. Clin. Nutr. 25, 684, 1972.
• Schwerdt, P.R., Schwerdt, C.E. Effect of Ascorbic Acid on Rhinovirus Replicalion in WI-38 Cells. Proceedings of the Soc. for Exp. Biol. and Med., 148, 1237-43, 1975.
• Yonemoto et al. Enhanced, Blaslogenesis by oral Ascorbic Acid. Ain. Soc. of’ Clin. Oncologists, p. 28, 1976.
• Philippe Lagarde – Guide d’utilisation des vitamines – Ed. Favre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Seuls les clients connectés ayant acheté ce produit ont la possibilité de laisser un avis.

Poids 0.177 kg